GAOU BENAT REVISITE

Le Domaine du Gaou Bénat, implanté au début des années 1960 dans le paysage méditerranéen du littoral varois, est une opportunité idéale pour réfléchir et travailler sur le paysage, l’urbanisme et l’architecture. Soixante ans après que les architectes André Lefèvre et Jean Aubert aient créé cet ensemble visionnaire, l’atelier «Gaou Bénat revisité» travaillera sur un projet de densification innovant et respectueux du paysage, constitué de logements et d’activités culturelles. La densité qualitative sera au cœur de nos préoccupations ainsi que la quête d’une architecture réfléchie pour fusionner avec le paysage qui l’accueille, assurant une dimension sociale et durable à cette nouvelle plus-value d’urbanité. Proposant un «laboratoire habitat et culture» explorant des réponses innovantes et prospectives en matière de typologies mêlant le «vivre ensemble» et le «vivre individuellement», le programme d’atelier insiste sur la notion de créativité et d'innovation à toutes les échelles du projet : paysagère, urbaine, architecturale, typologique, constructive et matérielle dans une approche contemporaine et respectueuse de ce contexte singulier.

FORME D'ENSEIGNEMENT

L’atelier débutera avec des analyses, des recherches et un voyage d’étude dans le paysage méditerranéen, pour visiter le site et forger une mémoire commune d’atelier du contexte propre au littoral varois. Les connaissances acquises au travers de ces visites, analyses et recherches permettront à chacun*e de trouver et formuler des positionnements paysagers et urbains clairs pour cet ensemble en transformation. Un programme mixte composé de logements et d’activités culturelles, qui se matérialisera tant par des interventions dans les bâtiments existants que par des bâtiments neufs, devra être développé par les étudiants tout au long du semestre, avec une attention forte portée à l’expression paysagère, urbaine, architecturale, aux choix matériels et aux détails constructifs du projet.

OBJECTIFS

- Réfléchir sur une urbanité en mutation, en intégrant le grand paysage et le paysage de proximité.

- Travailler le projet à l’échelle paysagère, urbaine et architecturale, jusqu’aux enjeux typologiques, constructifs et matériels dans une approche durable.

- Être capable de travailler sur plusieurs échelles de manière itérative.

- Développer des aptitudes dans les projets de transformation à l’échelle paysagère, urbaine et architecturale. 

- Lier l’architecture et le paysage dans une démarche narrative.

- Renforcer des compétences constructives dans une approche large et holistique du développement durable.

- Œuvrer en situation réelle avec des pensées innovantes.

- Déployer et formuler des attitudes claires et une narration dans l’approche du projet.

- Développer une communication pertinente de l’approche conceptuelle proposée. 

- Apprendre à développer des synergies dans le travail en groupe, tout en garantissant des positionnements individuels pour chaque étudiant*e.

Comment l’architecte peut-il/elle agir pour la réduction de l’impact de la construction sur l’environnement, enjeu majeur de la durabilité ? Comment faire plus avec moins ? Les réponses à ces deux questions, qui vont se trouver à la base du travail de ce semestre, sont bien connues : réutiliser les bâtiments existants et réduire la surface par habitant des logements. D’un côté, l’opportunité est là : de plus en plus de bureaux et de bâtiments industriels sont vides et des nombreux logements conçus à la fin du 20ème siècle sont inconfortables et inefficients énergétiquement. De l’autre côté, la réduction de la surface des appartements peut être compensée par une meilleure qualité d’usage. L’adaptation aux modes de vie actuels (cohabitations), la multifonctionnalité des espaces et le partage des espaces de travail ou de loisir au sein du même immeuble seront des pistes privilégiées.